Nature - N°92 - Juillet/Août 2009

A la découverte du courant d’Huchet

En accès libre, accompagné d’un guide naturaliste ou à bord de la galupe d’un batelier, la réserve naturelle du courant d’Huchet offre un spectacle époustouflant.

sl92-17ar.jpgDécouvert en 1911 par le poète italien Gabriele D'Annunzio, classé parmi les monuments naturels et les sites de caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque en 1934 puis en réserve naturelle nationale en 1981, le courant d’Huchet est un cours d’eau sinueux d’une longueur approximative de neuf kilomètres qui s’étend sur les communes de Moliets, Léon et Vielle-Saint-Girons. Il se caractérise par la richesse et la diversité des milieux qu’il traverse. De l’étang de Léon et ses rives marécageuses jusqu’à l’océan où il se jette, il rencontre une forêt galerie, des marais et tourbières, une forêt de pins maritimes et la dune littorale. Tous ces espaces abritent un patrimoine botanique et animal important. Du point de vue floristique, pas moins de vingt-trois espèces présentes le long du courant sont protégées au niveau national ou régional comme l’hibiscus des marais (photo), l’astragale de Bayonne ou l’épervière laineuse. La faune apprécie également l’endroit, particulièrement la loutre, le lézard ocellé, le vison ou la cistude d’Europe. On compte aussi 250 espèces d’oiseaux, dont 84 nicheuses, parmi lesquelles le blongios nain est la plus emblématique.
sl92-17br.jpgDécouvrir tout ce patrimoine naturel est bien sûr possible, et trois alternatives s’offrent aux amateurs. En accès libre, quinze kilomètres d’itinéraires de promenades traversent la partie forestière de la réserve. Pour les emprunter, il suffit de suivre les flèches gravées du logo vert des réserves naturelles. Ces itinéraires permettent de découvrir une bonne partie du site par un sentier en boucle reliant le pont de Pichelèbe au barrage de la Nasse, de part et d’autre du courant d’Huchet. La partie nord-est du sentier se prolonge par un sentier permettant de rejoindre les zones aménagées du bord de l’étang vers Vielle-Saint-Girons. Depuis le pont de Pichelèbe, il est également possible de déambuler jusqu’à Huchet Plage ou jusqu’au marais de la Pipe, avec possibilité de prolongement jusqu’à l’embouchure du courant d’Huchet, au lieu-dit Deléon, par le sentier forestier dit du Lignot. Là, les visiteurs trouveront un observatoire sur le rebord de la dune qui surplombe le marais de la Pipe. Installé dans un bois de pins, ce mirador permet l’observation des oiseaux fréquentant la zone humide, notamment au niveau de la partie continuellement en eau.
sl92-17cr.jpgPour aller plus loin dans la découverte du site, les agents de la réserve organisent du lundi au vendredi, sur réservation, des visites guidées pédestres. Ces randonnées d’une durée moyenne de deux heures, permettent, grâce à la présence d’un guide naturaliste, d’observer des phénomènes qu’une visite en solitaire n’aurait peut-être pas permis de déceler, même si un topo-guide de la réserve est disponible dans les offices de tourisme des alentours (1 €).
Il existe un dernier moyen d’appréhender le courant d’Huchet : la voie des eaux. A bord d’une galupe, une barque traditionnelle à fond plat manœuvrée par un batelier, c’est «l’Amazonie landaise» que le visiteur découvre...

Site internet :
www.reservenaturelle-couranthuchet.org
Visites guidées pédestres, du lundi au vendredi, au départ du pont de Pichelèbe. Tarifs : 3,50 € et 4,50 €. Renseignements et réservations 05 58 49 21 89
Descente du courant en galupe, tous les jours à 10h, au départ de l’étang de Léon. Tarifs : 6 € et 12 €. Réservations obligatoires : 05 58 48 75 39

Légendes des photos (de haut en bas) :
La réserve naturelle du courant d'Huchet s'étale sur 620 hectares entre l'étang de Léon et l'océan.
L’hibiscus des marais.
Le blongios nain est l'espèce d'oiseaux la plus emblématique du courant d'Huchet.
(Photos Réserve naturelle du courant d'Huchet)



Attention fragile


Le courant d’Huchet étant une réserve naturelle, un certain nombre de règles doivent être respectées pour préserver les espèces qui y vivent. Les chiens, même tenus en laisse ou portés, sont interdits, tout comme les véhicules, les vélos ou les chevaux, les barques, les canoës ou les bateaux à moteur (seuls les bateliers agréés par la réserve sont autorisés à naviguer sur le courant). Il est également prohibé d’allumer un feu et de camper sur le site. Enfin, il est interdit de laisser des déchets sur place. Chacun ramène ses détritus.

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
6 € N°139
Mai/Juin 2017

Commander
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous