Messanges - N°125 - Janvier/Février 2015

Des vaches marines landaises

Oh, la vache !

Pour entretenir les rives de l’étang de Moïsan, la commune, l’ACCA et la Fédération de chasse vont y introduire des vaches marines landaises.
 
Après des moutons au printemps dernier (JdP n° 122), ce sont des vaches qui vont investir la commune pour assurer l’entretien de zones naturelles. Propriétés communales, les rives marécageuses de l’étang de Moïsan étaient jusqu’à présent nettoyées mécaniquement tous les ans. Dans un souci environnemental, une nouvelle solution va être mise en place dès le printemps : l’introduction de vaches marines landaises.

Jean-Pierre Calorme, adjoint au maire en charge des travaux et président de l’ACCA (Association communale de chasse agréée) locale, a sollicité la Fédération départementale de la chasse, propriétaire d’un troupeau de ces animaux d’une grande rusticité et autonomes dans les milieux naturels, pour les faire pâturer dans la commune.

L’installation d’une clôture autour d’une parcelle d’un peu plus de sept hectares est actuellement en cours. «Le marais étant contourné par le sentier pédestre de l’Adour perdu, et ces vaches étant semi-sauvages, c’est une clôture stable avec cinq rangées de fil de fer barbelé qui a été retenue», indique Jean-Pierre Calorme.

Les animaux pourraient arriver dès le mois de février et rester jusqu’en septembre. Ils constitueraient ainsi une attraction supplémentaire pendant la saison estivale. Des panneaux d’information vont d’ailleurs être installés autour de la zone de pâturage pour sensibiliser le public sur l’implication des chasseurs dans la protection de cette race dont il ne restait qu’une vingtaine d’individus en 1987 (lire ci-dessous).


Un peu d’histoire

Pendant plusieurs siècles, le littoral landais abritait de petites vaches sauvages. Cette population autochtone d’origine très ancienne errait librement, à l’état sauvage, entre dunes et marais. Mais au xixe siècle, les autorités administratives firent éliminer les vaches afin de protéger les semis de pins destinés à reboiser les dunes. Vers 1930, la quasi-totalité des troupeaux avaient ainsi disparu. Grâce à la passion d’un éleveur d’Ychoux, une vingtaine d’individus purent cependant être sauvés. A sa mort en 1987, le cheptel fut racheté par la Sepanso (Société pour l’étude, la protection, et l’aménagement de la nature dans le Sud-Ouest) et réintroduit dans la réserve naturelle de Cousseau (Gironde). Avec le Conservatoire des races d’Aquitaine, l’association environnementaliste a lancé un plan de sauvegarde de la race qui consiste à créer de nouveaux troupeaux conservatoires. La Fédération des chasseurs des Landes est devenue partenaire de ce programme en 2011. Gestionnaire de 26 zones humides dans le département, elle s’est alors dotée d’un troupeau de bétail adapté à l’entretien de ces espaces fragiles. Initialement composé de cinq vaches et d’un taureau, le cheptel compte aujourd’hui 32 animaux…

Photo © FDC40

 

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 



Boutique
6 € N°141
Septembre/Octobre 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous