MACS - N°148 - Novembre/Décembre 2018

En bref...

Golf de Tosse 

Le syndicat mixte Landes Océanes (composé du Conseil départemental et de la communauté de communes Maremne Adour Côte Sud) poursuit la mise en œuvre de son projet de complexe à vocation résidentielle, touristique et golfique de Tosse. Fin septembre, il a ainsi lancé une consultation en direction d’aménageurs. Celui qui sera retenu devra assurer l’ensemble des tâches nécessaires à la réalisation de l’opération d’aménagement de la ZAC du Sparben, ainsi qu’à la réalisation des équipements privés golfiques. Il portera toutes les démarches et études techniques, administratives, commerciales, juridiques, ainsi que la négociation et l’acquisition des emprises foncières nécessaires à la réalisation des travaux des équipements publics et privés de l’opération. Les candidats ont jusqu’au 18 janvier 2019 pour se faire connaître.

 

Que d’eau, que d’eau !

Depuis janvier 2018, MACS assure la compétence Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (Gemapi). Mais il aura fallu 18 mois de travail avec les communes et le cabinet d’études Propolis pour réaliser un état des lieux du territoire et identifier les enjeux qui s’imposent désormais à l’intercommunalité. Inutile de préciser qu’avec 2 lacs marins, 2 000 plans d’eau, 35 km de façade littorale et 12 km de digues, il y a fort à faire.

En matière de gestion des milieux aquatiques, MACS doit assurer l’aménagement des quatre bassins versants présents sur le territoire, entretenir et aménager 540 km de cours d’eau et maintenir ou restaurer le bon fonctionnement des milieux aquatiques. MACS et les communes ont choisi de continuer à confier aux trois syndicats mixtes de rivière (Rivières Côte-Sud, Bas Adour, Marensin et Born) le soin d’exercer ces missions, en s’appuyant sur leur expertise et historique des dossiers.

Pour ce qui concerne la prévention des inondations, il s’agit pour MACS d’assurer, en lieu et place des communes, la défense contre les inondations et contre la mer (trait de côte), via notamment la gestion des digues présentes dans les communes de Capbreton et de Soorts-Hossegor et dans les communes en bord d’Adour, comme par exemple Sainte-Marie-de-Gosse.

Le coût de la Gemapi a été évalué à 2,8 millions d’euros par an sur dix ans.

 

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
6 € N°143
Janvier/Février 2018

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous