Capbreton - N°86 - Juillet/Août 2008

La voie de contournement lancée

Après une phase de grands chantiers en cours d’achèvement, le budget communal s’intéresse à des opérations plus quotidiennes.

 

Les budgets communaux (il y a vingt-deux budgets annexes en plus du budget principal) ont été votés le 11 avril. Le budget principal s’établit à 11,7 M€ en fonctionnement et à 8,1 M€ en investissement (dont 6,5 M€ d’opérations nouvelles). Après plusieurs années consacrées à des travaux exceptionnels en front de mer, les réalisations prévues cette année se rapprochent du quotidien des habitants. «Elles traduisent l’effort de la commune pour toujours améliorer les services et les équipements et marquent également l’engagement de la collectivité en faveur de la solidarité», estime le maire Jean-Pierre Dufau. Dans ce domaine, l’extension de la crèche (452 800 €) permettra désormais d’accueillir 40 enfants et 15 autres en garderie. D’autre part, 90 000 € sont prévus pour des travaux et du matériel pour l’école élémentaire Saint-Exupéry. Cette somme préfigure «un programme d’investissements conséquents entre 2009 et 2012 pour l’agrandissement, la réhabilitation des locaux et l’aménagement des espaces extérieurs» de cet établissement scolaire. Des travaux de bâtiment et de mobilier pour les salles municipales sont budgétés à hauteur de 151 700 €, tandis que le lifting des arènes coûtera 225 000 €. On note également une ligne de 220 000 € pour la réhabilitation de la villa La Jardinière à destination de la police municipale (JdP n° 81).

Mais la principale réalisation de l’année reste la voie de contournement (1,7 M€). Les travaux de cette desserte qui reliera la RD 28 à la RD 133 ont démarré à la mi-mai. Cette opération devrait à terme être blanche pour la commune. «Un tiers de la somme sera payé par le conseil général et un deuxième tiers par la communauté de communes. Le solde sera financé par la participation des entreprises qui s’implanteront dans la future zone commerciale attenante», précise le maire.

 

Photo : Les travaux de la voie de contournement ont commencé à l'entrée de la commune.


Quelques opérations des budgets annexes

Assainissement (2 M d’investissement) : pour éviter le ruissellement des eaux pluviales, les collecteurs du quartier Bonamour et du stade vont être recalibrés, tandis qu’un bassin destiné à la collecte des eaux pluviales et à leur évacuation dans le Boucarot sera enterré sous la place de la Marine.

Rio : la commune va procéder à la réfection de la façade nord du cinéma (39 000 )

Etablissement des bains de mer : 3,6 M (dont 2,7 M de restes à réaliser) sont budgétés pour terminer les travaux du bâtiment.

Confortement du front de mer : 5,7 M (dont 3,5 M de restes à réaliser) sont prévus pour les travaux (achevés) du by-pass (JdP n° 85)


Impôts locaux

Les taux des trois taxes augmentent de 5,8 %.

TH : 8,97 % (contre 8,47 % en 2007)

FB : 9,71 % (contre 9,17 % en 2007)

FNB : 16,41 % (contre 15,5 % en 2007)


Différences de vues

Lors des votes des budgets, Fritz Köhler s'est révélé être un observateur attentif des comptes communaux. L’opposant s’avère très vigilant face aux dépenses publiques. Il s'interroge sur la pertinence des subventions aux festivals estivaux, estime que la forêt est «mal exploitée», juge que la zone artisanale n'est pas bien «optimisée», indique que le budget du camping Bel Air «est à surveiller au niveau de sa rentabilité» et préconise l'instauration d'un «système de mesure et de suivi du budget communal pour corriger et ajuster les prévisions au fur et à mesure». Un discours qui passe évidemment mal auprès de la majorité socialiste. Après s'être fait préciser par Patrick Laclédère, adjoint aux finances, que le suivi du budget est réalisé «tout au long de l'année», il a ainsi eu droit à une petite mise au point de la part du maire Jean-Pierre Dufau. «Bien sûr, nous recherchons une gestion rigoureuse, mais une collectivité n’est pas nécessairement dans une logique d’entreprise. Notre but n’est pas de faire du profit mais d’offrir des services à la population. Quand nous apportons de l’aide aux familles, nous n’allons pas nous faire de l’argent sur ces services !» La réponse de Stéphanie Dubarry, chef de file de l’opposition, ne s'est pas fait attendre. «Vous avez une fâcheuse tendance à opposer rentabilité et social. Nous ne sommes pas contre le social et comprenons que, dans ce cas, les critères de rentabilité ne doivent pas être pris en compte pour permettre aux familles d’accéder aux services. Cependant, nous estimons que d’autres structures communales, comme les campings, pourraient rapporter davantage à la collectivité.»

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
6 € N°151
Mai/Juin 2019

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous