Livres - N°123 - Septembre/Octobre 2014

Livres

Enquête

Communication de l’abbé Jean-Baptiste Gabarra parue en 1883 dans le bulletin de la Société de Borda, et dont le texte fit l’objet en 1911 d’un petit fascicule de 25 pages, cet ouvrage a pour thème l’enquête qui suivit l’épisode sanglant survenu à Capbreton au début de la huitième guerre de Religion. En cette année 1587, une compagnie de quelque quatre-vingts soudards commandés par un certain capitaine du Branar de Hinx parcourt le Seignanx, la Maremne et le pays de Gosse, terrorisant et rançonnant les habitants. Lorsqu’ils se présentent à Capbreton le 24 juin pour y loger, ils se heurtent au refus et à la détermination de la population locale qui leur oppose ne pas être assujetie à cette obligation. La lutte fut âpre et meurtrière, et l’église de Bouret, saccagée et profanée. Le procureur du roi demanda une enquête au cours de laquelle trente-trois témoins furent entendus.

C’est ce même texte que la Sadipac (Société pour la sauvegarde et la diffusion du patrimoine culturel du Sud-Ouest des Landes) a choisi de rééditer, présenté, annoté et illustré par Marie-Claire et Alain Duviella. L’ouvrage comporte également quelques pages du manuscrit original ainsi que la biographie de Jean-Baptiste Gabarra.

Une Alerte à Capbreton en 1587, Abbé Jean-Baptiste Gabarra, éd. Sadipac, 100 pages, 15 €

 

Machine à remonter le temps

Si le xixe siècle avait profondément marqué le pays des Landes et si le territoire avait pris un visage hospitalier nouveau, au début du xxe siècle, les voies d’accès pénétrantes n’existent pas encore : seules s’aventurent les mules dans les chemins de sable pour en tirer la récolte de gemme et de bois. Le goût de l’exotisme et de la découverte est grand pour un territoire aux aspects désertiques. Les audacieux visitent le monde, d’autres procèdent à la reconquête ou à la requalification des territoires proches. Cette démarche baptisée «régionalisme», Raymond de Laborde en livre ici un exemple.

Il entraîne le lecteur dans une promenade sur les sentiers de ce littoral fraîchement baptisé en 1905 par le journaliste-écrivain Maurice Martin : Capbreton, Hossegor – où l’on croise certains de leurs hôtes célèbres, artistes et écrivains qui déjà y séjournent – le Born, le Marensin, le pays de Gosse, la Maremne… et même Dax. 

La présente édition est accompagnée de notes explicatives de Jean-Marie Clertan, Marie-Claire et Alain Duviella, illustrée de cartes postales anciennes et des photographies d’époque afin que la balade à laquelle invitait Raymond de Laborde en 1911 continue à séduire le lecteur d’aujourd’hui.

Sur la Côte d’Argent, scènes de la vie landaise, Raymond de Laborde, éd. Sadipac, 140 pages, 25 €

 

C’est de saison…

Félix Arnaudin, outre ses travaux de folkloriste et d’historien, d’ethnographe et de photographe, a laissé de nombreux textes sur la chasse et sur la faune, destinés très probablement à un ouvrage qu’il n’eut pas le temps de composer sur «la chasse d’autrefois dans les Landes». Ce petit volume rassemble donc des textes essentiellement consacrés à la chasse qu’Arnaudin pratiquait assidûment, et à la faune de la Grande Lande de la fin du xixe siècle. Loups, lièvres, palombes, canards, renards, bécasses, grues, courlis… font l’objet de remarques passionnantes et sont l’occasion d’une description des immensités des paysages landais.

…s’abattre à grand bruit d’ailes, Félix Arnaudin, éd. Confluences, 144 pages, 15 €

 

… et ça aussi !

Parce qu’il n’y a pas que les cèpes dans la vie, cet ouvrage présente les 125 meilleures espèces comestibles et les 75 espèces mortelles, toxiques, immangeables… ou très indigestes. Pour chaque champignon, une fiche, avec une grande photo légendée, liste les bons coins pour le découvrir, une description précise pour bien l’identifier, les risques de confusion pour ne pas se tromper, et des conseils pratiques sur la cueillette et la manière de les cuisiner.

L’indispensable guide du cueilleur de champignons, Guillaume Eyssartier, Pierre Roux, éd. Belin, 352 pages, 15 € 

 

Le Landais bondissant

Nicolas Vergonzeanne a été sacré meilleur sauteur de toros du monde par les Espagnols, depuis son saut au-dessus du terrifiant Ratón à Castellon en 2012. Toujours à la recherche de nouvelles émotions, Nicolas Vergonzeanne a construit sa vie comme une suite de défis successifs. Celui qui fut huit fois champion de France a toujours voulu se surpasser pour surprendre le public. Il s’est entraîné comme un sportif de haut niveau pour atteindre ses objectifs. Aujourd’hui, après sa magnifique despedida en septembre 2013 dans les arènes de Dax, Nicolas Vergonzeanne rêve encore d’une course landaise qui, tout en s’appuyant sur la tradition, ait l’envie et la volonté d’aller au-delà.

Nicolas Vergonzeanne, toujours plus haut, Francis Poustis, éd. Passiflore, 144 pages, 33 €

 

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
6 € N°140
Juillet/Août 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous