Dernière minute - N°141 - Septembre/Octobre 2017

Seignosse – Le golf change de délégataire

Mardi soir, 19 septembre, le conseil municipal de Seignosse a attribué à l’unanimité la délégation de service public du golf municipal à la société Le Touquet Syndicate, dont l’offre est jugée «ambitieuse» par le maire Lionel Camblanne. En plus d’un loyer de 180 000 € par an, le nouveau délégataire a mis sur la table des investissements de 3,5 millions d’euros, la création de trois emplois supplémentaires (en plus de la trentaine déjà existants), l’accueil de compétitions internationales et «une politique marketing haut de gamme». Le contrat prendra effet en novembre prochain, pour une durée de 18 ans.

La société Blue Green, qui gérait le golf depuis sa création en 1987, a toutefois déposé un recours précontractuel auprès du tribunal administratif de Pau pour dénoncer cette décision. Le référé doit être jugé le 9 octobre prochain.

Commentaires des internautes
HEUZE - le 21/09/2017 à 17:24
Ne vous inquiétez pas les "Amis de la Terre".
Grâce à vos divers recours concernant le dragage du lac d'Hossegor, ce joyau continue années après années à s’ensabler.
Résultat à terme : plages réduites, parcs à huître aux oubliettes, retour des odeurs nauséabondes et par la même, baisse sensible de la fréquentation de ceux qui se déplacent pour admirer la Perle des Landes.
Les grandes surfaces n’auront plus besoin de s’agrandir au vu de la baisse de leur chiffre d’affaire qui diminuera proportionnellement à l’avancé de la vase dans notre lac.
Et les commerces du centre ville souffriront tout autant.
Et les « Amis de Terre » pourront continuer à occulter l’avenir.
Amis ? Vous avez dit Amis ?
ACL - le 26/09/2017 à 15:30
Oui nous sommes ici sur un cas d'école parfait. Il s'agit d'une manipulation très bien menée destinée à faire valoir des intérets tout à fait étrangers au sujet pris comme prétexte.

La lagune d'Hossegor (ce n'est plus un lac) est destinée par le jeu des flux et reflux qui transportent dans un seul sens du sable en suspension à se combler.
Ce fait est attesté par les nombreuses études réalisées et par l'observation.
On a procédé à plusieurs désensablements depuis le milieu du 20ème siècle.
Pour des raisons politico administratives, l'autorité ayant été remises au SIVOM par l'État, responsable de cet élément du domaine maritime, on l'a abandonnée depuis trop longtemps ; l'urgence est maintenant là.
Quant aux pollutions, elles ont bien eu lieu : quand les stations d'épuration des bourgs en amont du Boudigau et du Bourret rejettent des effluents non traités, ils sont conduits par l'eau du port dans cette malheureuse lagune. C'est là que les "écologistes" devraient intervenir.
Ceux qui profitent de l'océan sur les plages de part et d'autre de la sortie du port profitent du même sable et de la même eau que ceux qui fréquentent les plages du lac ; il n'y pas de solution de continuité ni de filtre entre le fond du lac et l'océan !
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous