Courrier des lecteurs - N°107 - Janvier/Février 2012

Pour la fiscalité sur les plus-values immobilières

De M. Denis Oulès, propriétaire à Messanges

 

«Votre éditorial du dernier numéro illustre le malentendu des Français avec leur économie, et explique la situation de crise et d'endettement (avec perte de souveraineté nous dit-on) dans lequel notre pays se trouve. La nouvelle que vous nous annoncez (fiscalité sur les plus-values immobilières et biens locatifs) est une bonne nouvelle, et voici pourquoi. C'est l'économie créatrice de richesses (des productions agronomiques ou forestières, et industrielles) qui doit être privilégiée : celle qui se bat sur des marchés internationaux pour rester compétitive avec les innovations de nos universités et de la recherche...

Un emploi de cette économie productive génère trois à six emplois de l'économie résidentielle (habitat, consommation alimentaire, santé, etc.) : pas de résidences, de commerces, de stades, de pharmacies et d'hôpitaux sans une économie créatrice de richesses fortes.

A tort, des générations de dirigeants politiques influencés par des lobbyistes du BTP (les amendements Censier-Bouvard and co), des banquiers prêteurs, et des impôts collecteurs (ISF et droits sur cessions et transmissions...) ont favorisé une inflation des prix du foncier et de l'immobilier : mais où donc est la création de valeur échangeable sur des marchés internationaux de nos biens immobiliers ? En quoi leur valeur factice contribue-t-elle au recouvrement d'une souveraineté perdue ? N'est-elle pas simple source d'enrichissement des banquiers, et d'acteurs nullement impliqués dans l'économie productive ? Et si les taxes et impôts des pouvoirs publics sur les transactions sont affectés aux universités et recherches nécessaires pour l'économie productive (enfin !), il faut s'en réjouir.

Nota : pour ma part, mon investissement en résidence secondaire à Messanges était destiné à donner des racines affectives à mes enfants ballotés par nos déménagements fréquents ; ce n'était nullement un objectif de placement financier.»

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous