Sommaire du journal N°130 - Novembre/Décembre 2015

Chers lecteurs,

C’est comme cela en France, on n’arrête pas de voter : l’année dernière les élections municipales et européennes, cette année les départementales et dans quelques jours les régionales, dans deux ans la présidentielle et les législatives... Un vrai tournis ! D’autant plus que l’on vote pour des personnes, toujours les mêmes ou presque, regroupées dans des partis dont le programme est flou. Tel est notre fonctionnement démocratique qui ne satisfait pas nos concitoyens, les taux d’abstention de plus en plus importants en témoignent. On en vient à loucher sur nos voisins suisses qui nous donnent un exemple rafraîchissant avec leur système de «votations», des référendums, locaux ou nationaux, sur des sujets importants. Jusqu’au fameux secret bancaire sur lequel ils se prononceront dans deux ou trois ans ! 

Dans la liste des élections, on a oublié les élections partielles ! Comme aujourd’hui à Seignosse où, un an et demi après, les électeurs retourneront aux urnes pour une nouvelle élection municipale. Trois listes en présence, c’est-à-dire 66 candidats pour ce village d’environ 3 500 habitants où tout le monde se connaît mais où l’on adore les joutes politiciennes... Seul, le regretté Ladislas de Hoyos avait réussi à pacifier la commune en stabilisant la gestion municipale pendant dix ans de 2001 à 2011.

Difficile de prévoir l’avenir des nouvelles régions pour lesquelles nous allons voter les 6 et 13 décembre prochains. Dans cette réforme territoriale engagée à la hussarde et destinée à faire des économies, c’est pour l’instant un bazar monstre et nombre d’incertitudes. Les fonctionnaires des administrations publiques ne savent pas encoe où ils seront demain et s’ils seront soumis à la mobilité dans une région qui compte environ 530 km du nord au sud entre Châtellerault et Oloron Sainte-Marie et environ 330 km d’est en ouest entre Aubusson et l’île d’Oléron. Quant aux personnels des trois régions Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes, leurs salaires sont différents et les syndicats espèrent bien les harmoniser par le haut sur la région Poitou-Charentes où, grâce à un coup de pouce de Ségolène Royal en 2007, les personnels sont mieux payés que les autres.

Quant aux conseillers régionaux, dont il avait été question de diminuer le nombre, ils seront 183, l’addition de ceux des trois régions...

Leur rémunération sera de 2 661 euros brut par mois mais il faudra bien prévoir les indemnités de déplacement dans cette nouvelle région de 84 000 km2, qui représente le huitième de la France.

Bref, pour l’instant, c’est un véritable casse-tête et au lieu d’économies, il y a des dépenses supplémentaires.

Au fait quel sera le nom de la nouvelle région ? Les futurs élus en débattront en janvier : ils hésitent entre «Grande Aquitaine» ou «Nouvelle Aquitaine». Mieux sans doute que APOIL (Aquitaine, Poitou-Charentes, Limousin) que des plaisantins avaient mis en avant !

Claude Fouchier

Dernière minute

Côte Sud des Landes

MACS

Capbreton

Soorts-Hossegor

Seignosse

Soustons

Vieux-Boucau

Messanges

Moliets-et-Maâ

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous